Accueil / Manuels scolaires / La lecture courante et le français au CE2 - A. Souché - 1939 /

La lecture courante et le français CE2 - Souché - 1939 - Pages 8 et 9

La lecture courante et le français au CE2 - A. Souché - 1939 - p8-9.jpg La lecture courante et le français CE2 - Souché - 1939 - Pages 6 et 7MiniaturesLa lecture courante et le français CE2 - Souché - 1939 - Pages 16 et 17La lecture courante et le français CE2 - Souché - 1939 - Pages 6 et 7MiniaturesLa lecture courante et le français CE2 - Souché - 1939 - Pages 16 et 17La lecture courante et le français CE2 - Souché - 1939 - Pages 6 et 7MiniaturesLa lecture courante et le français CE2 - Souché - 1939 - Pages 16 et 17La lecture courante et le français CE2 - Souché - 1939 - Pages 6 et 7MiniaturesLa lecture courante et le français CE2 - Souché - 1939 - Pages 16 et 17La lecture courante et le français CE2 - Souché - 1939 - Pages 6 et 7MiniaturesLa lecture courante et le français CE2 - Souché - 1939 - Pages 16 et 17La lecture courante et le français CE2 - Souché - 1939 - Pages 6 et 7MiniaturesLa lecture courante et le français CE2 - Souché - 1939 - Pages 16 et 17La lecture courante et le français CE2 - Souché - 1939 - Pages 6 et 7MiniaturesLa lecture courante et le français CE2 - Souché - 1939 - Pages 16 et 17



La première classe

Un jour, après-midi de l'année 1848, ma grand-mère m'appela, et, me prenant par la main, me dit : "Veux-tu venir avec moi faire une commission ?"
Je voulus bien. Après une centaine de pas, ma grand-mère s'arrêta devant une maison que je connaissais, mais où je n'étais jamais entré ; sa mais serra la mienne qu'elle sentait vouloir s'échapper : "Nous allons crier bonjour à Mademoiselle Adèle en passant", me dit-elle. Je fis un effort pour me dégager ; la main de ma grand-mère serra davantage et m'entraîna jusqu'au seuil.
Nous entrâmes : Mademoiselle Adèle, la fille du maître d'école, leva les bras en l'air et cria : "Te voilà ! Te voilà !" Elle me prit par la main, ouvrit une porte et me poussa doucement de l'autre côté. J'étais dans l'école.
Le maître vint au-devant de moi ; il me prit par la main, — tout le monde me prenait par la main ce jour-là, — et me conduisit près de sa table, l'unique table de l'école. Pendant cette première classe, je regardai travailler les autres.


Ernest Lavisse ( Souvenirs, Calmann-Lévy, éditeur)

Auteur
Fernand Nathan, Éditeur, Paris
Score
pas de note
Notez cette photo